En cette période de confinement

Nous sommes maintenant bien confinés dans nos maisons. Personne ne doit mettre le nez dehors sans son attestation de déplacement sous peine d’amende.

Cependant le père Jean-Luc Barrié souhaite rester en contact avec ses paroissiens. Régulièrement vous pourrez lire sur cette page quelques réflexions écrites,  pour nous aider à passer cette période difficile pour tout le monde. Vous trouverez aussi les informations qui concernent l’ Église en général.

 

Dimanche 22 mars

Hier nous avons pu assister à la messe  du 4ème dimanche de Carême, célébrée à la chapelle de l’évêché de Rodez
par Mgr François Fonlupt et le père Daniel Boby, vicaire général

Une belle messe dans la sobriété mais très priante.

 3000 personnes  ont suivi cette messe.

Vendredi 20 mars

 

Frères et sœurs en Christ,
 
« Confinement ne rime pas avec isolement ! »
 
Par le biais des messages électroniques, des réseaux sociaux, des sites web des paroisses, congrégations, du diocèse, par la communion spirituelle, nous restons liés les uns aux autres.
 
Pour suivre la messe célébrée pour le diocèse par Mgr Fonlupt depuis la chapelle de l’évêché, rendez-vous sur www.rodez.catholique.fr
dimanche 22 mars à partir de 10h30.
 
Nous serons là pour vous, pour tous les chrétiens du diocèse, pour les soignants, et tous les aveyronnais !
 A dimanche !

Eglise Catholique en Aveyron

Jeudi 19 mars

 

Message des évêques de France

Cliquer sur l’image ci-dessous pour le lire

 

Camin’Olt

Vu le contexte actuel la distribution des Camin’Olt est différée pour un certain nombre de relais. Cependant vous pouvez le lire en cliquant sur le visuel ci-dessous en attendant de le recevoir dans vos boîte aux lettres.

Bonne lecture

 

Mercredi 18 mars : Corona virus, je te hais.

Corona virus, je te hais.
Je te hais
Pour ces personnes parties prématurément à cause de toi,
pour ceux qui pleurent un être cher,
pour les malades qui perdent espoir,
pour les soignants épuisés,
pour ceux qui se sentent abandonnés.
Je te hais pour les difficultés financières de beaucoup,
pour le chômage et la misère que tu provoques,
ceux qui se voient ruinés,
ceux dont tu as tué les rêves.
Corona virus, je te hais, oui,
et en même temps je te remercie.
Tu nous révèle combien notre prétention à tout maitriser
est vaine et ridicule.
Toi, le microscopique, tu mets à terre la finance toute puissante,
le système économique qui n’a d’autre règle que le toujours plus.
Tu bouscules sérieusement le mythe d’une mondialisation sans limites.
Tu nous apprends ou nous rappelles l’importance des liens familiaux,
de voisinage, de proximité qu’ils soient sociaux ou économiques.
Tu nous invites à prendre du temps avec ceux que nous aimons
en portant le souci des plus fragiles.
Tu nous provoques à la responsabilité et à la solidarité.
Tu nous rappelles combien est précieux notre système de santé et d’entraide.
Tu nous donnes de comprendre combien les enseignants
sont importants pour nos enfants et nos jeunes.
Tu nous invites à savoir signifier notre reconnaissance à tout le personnel soignant
qui fait preuve d’héroïsme dans cette crise sans précédent.
Et qui sait,
Peut-être, permettras-tu à certains, à beaucoup,
de puiser en Dieu la force de vivre,
le sens profond de toute existence,
et la tendresse de son amour dans les temps d’épreuve
comme dans la joie des bons moments.
Peut-être, qu’après t’avoir vaincu,
Nous pourrons reconstruire un monde plus beau,
plus solidaire, plus juste, plus sage, plus fraternel.
Si tu nous permets cela, alors je pourrais probablement cesser de te haïr.