Archives de catégorie : Conférence réflexion

“Les états généraux de la bioéthique”

Le projet de loi relatif à la bioéthique va être débattu en 2ème lecture au Sénat dans les jours qui viennent : à partir du 19 janvier en commission puis, début février, en séance plénière.

Le groupe ‘Bioéthique’ de la Conférence des évêques de France, présidé par Mgr d’Ornellas, nous aide depuis des mois à être attentifs à ces débat, et nous alerte sur les évolutions apportées par le législateur. Des propositions locales nous ont également étaient faites. Le projet de loi relatif à la bioéthique s’éloigne encore davantage, dans son état actuel, du respect de la personne humaine : allongement du délai légal de l’avortement, organisation de la privation du père avec un “droit à l’enfant”, élargissement des autorisations de recherche sur l’embryon humain.

Dans l’Aveyron…

Lettre de Mgr Fonlupt aux prêtres, le 11 janvier 2021

Le projet de loi relatif à la bioéthique… (lire la suite)

(…) Je souhaite que le vendredi 5 février soit pour tous ceux et celles qui voudront s’yn associer, une journée de réflexion, de jeûne et de prière. J’invite chaque doyenné à indiquer un lieu et un temps de prière. Une proposition élaborée par l’équipe “bioéthique” du diocèse est disponible (à télécharger ici).

Mgr François Fonlupt, le 11 janvier 2021

Face à cela l’église nous propose un jeûne accompagné par la prière les vendredi 15 , 22, 29 janvier et  5 février.

Toutes les actualités sur la bioéthique en cliquant sur le visuel 

Proposition de Mgr d’Ornellas Proposition de 4 vendredis  de jeûne et de prière A télécharger

 

Vendredi 22 janvier 2021

« Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui, et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle. » (Marc 3,13-14)

Trois intentions de prière

  • Rendons grâce à Dieu le Créateur pour celles et ceux qui témoignent humblement de la beauté de sa créature humaine en l’accueillant et en l’accompagnant avec amour.
  • Supplions Dieu pour qu’il nous convertisse en nous prenant auprès de Lui, et nous donne le courage de vivre en accord avec notre foi grâce à laquelle nous voyons l’image de Dieu en tout être humain.
  • Prions pour les hommes et les femmes qui expérimentent durement leurs fragilités et leurs limites.

Pour aller plus loin

Vendredi 29 janvier

« Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. »»  (Marc 4,26-28)

Trois intentions de prière 

  • Rendons grâce à Dieu pour le don de chaque vie humaine, parfois si fragilisée, dont la croissance est toujours pleine de promesses.
  • Supplions Dieu pour que le règne de l’amour nous rende créatifs afin que toute vie humaine soit accueillie et accompagnée, de sa conception jusqu’à sa mort naturelle.
  • Prions pour les hommes et les femmes qui ignorent la dignité de leur humanité et qui succombent à la séduction des techniques.

Pour aller plus loin

Vendredi 5 février 2021

« Que demeure l’amour fraternel ! N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges… Que votre conduite ne soit pas inspirée par l’amour de l’argent : contentez-vous de ce que vous avez, car Dieu lui-même a dit :  »Jamais je ne te lâcherai, jamais je ne t’abandonnerai». » (Hébreux 13,1-2.5)

Trois intentions de prière

  • Rendons grâce à Dieu pour sa tendresse, Lui qui n’abandonne personne et se tient proche de ceux qui l’invoquent.
  • Supplions Dieu pour qu’il nous délivre de l’individualisme, le « virus » dont nous avons besoin d’être purifiés afin que la fraternité soit consolidée.
  • Prions pour que les hommes et les femmes engagés en politique ne cèdent pas aux sirènes du marché mais soient guidés par le souci du« bien commun».

La bioéthique ? en savoir plus avec KTO

Pour approfondir

Église et bioéthique

L’Église a toujours été présente aux débats qui touchent, d’une façon ou d’une autre, à la dignité de la personne humaine. Cette présence est constitutive de sa mission au service de l’homme en tant que « route fondamentale de l’Église.[1] » Selon la belle expression du Concile Vatican II, « il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho[2] » dans le cœur des chrétiens. Bien des questions ont ainsi résonné dans le cœur de l’Église au fil des siècles, telle la « question sociale » du XIXème siècle qui a conduit Léon XIII à publier l’encyclique Rerum novarum (1891), véritable acte fondateur de la Doctrine sociale de l’Église. lire la suite

Découvrez la nouvelle encyclique Fratelli Tutti

Au début de ce mois d’octobre 2020, le pape François a fait connaître une encyclique intitulée “Fratelli tutti”, en français “tous frères”. Elle est consacrée à la fraternité et l’amitié sociale. Grâces à des documents rédigés par le Saint-Siège, vous aurez quelques clés pour rentrer dans cette encylique… Continuer la lecture de Découvrez la nouvelle encyclique Fratelli Tutti

Le mot de JL Barrié

Jésus apparait vivant à ses disciples. Thomas qui n’est pas présent refuse de croire, il lui faut voir et toucher. La semaine suivante Jésus est au milieu d’eux et Thoma s’écrit :« Mon Seigneur et mon Dieu ! ». Magnifique profession de foi ! Mais Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Nous sommes heureux de croire sans voir. Mais, malgré tout, nous aimerions bien nous aussi voir et toucher, cela nous aiderai, cela conforterait notre foi.
Continuer la lecture de Le mot de JL Barrié

Que la joie de Pâques vous garde dans l’espérance et la confiance.

Le président de la république vient de nous annoncer que le confinement se poursuivra jusqu’au 11 mai et que les activités ne reprendraient que progressivement, ne donnant pas de date pour l’autorisation de nous rassembler dans nos églises…. Malgré ses efforts pour nous garder dans l’espoir de jours meilleurs, il me semble ressentir chez beaucoup une angoisse de plus en plus forte. L’angoisse de la mort qui rode autour de nous. Angoisse de ce virus dont nous ne connaissons que si peu de chose. Angoisse de ce que va devenir son entreprise, sont travail, son emploi et celui de ses proches. Angoisse d’une récession économique annoncée. Angoisse due surtout au fait que nous ne pouvons nous projeter dans l’avenir, que nous ne pouvons rien programmer, car nous ne savons pas ce que sera demain, quand et comment nous sortirons de cette épreuve.
Cette angoisse rejoint celle de notre propre mort dont nous ne savons ni le jour ni l’heure, ni de son après dont nous ne pouvons rien dire sinon que nous espérons et nous croyons, depuis la résurrection du Christ Jésus, qu’elle sera participation à sa vie divine.
Pour combattre cette angoisse il me semble qu’une des clefs est cette parole de Jésus :
« Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. » Mt 6, 34.
Face à cette absence de perspective, de clarté sur notre avenir personnel et commun, Jésus nous invite à nous investir totalement dans l’aujourd’hui.
Cette phrase de l’évangile a été souvent commentée par les grands maitres spirituels pour nous dire d’une manière ou d’une autre : « Ne te noie pas dans la nostalgie ou les regrets inutiles, hier ne t’appartient plus et tu n’a plus de prise sur ton passé. Abandonne le dans les mains de Dieu plein de miséricorde, qui est pardon et tendresse infinie. Demain ne t’appartient pas encore, tu ne peux l’écrire à l’avance, arrête de vouloir l’imaginer, le deviner, tu n’y arriveras pas, il sera ce qu’il sera, alors fait simplement confiance au Seigneur qui nous as dit « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » Mt 28, 20. Seul Aujourd’hui dépend de toi et c’est dans cet aujourd’hui que Dieu te rejoint, qu’il te fait signe, qu’il t’appelle et qu’il veut avoir besoin de toi pour que grandisse en ce monde, autour de toi, sa tendresse, son espérance, sa joie. »
Je sais bien que ce n’est pas si facile, mais c’est une ascèse de la pensée qui est capable de combattre et de vaincre l’angoisse.
Christ est ressuscité ! Alléluia ! La mort est vaincue ! L’Amour est plus fort que la mort, plus fort que toutes nos morts ! Gardons au cœur cette annonce pascale, entretenons-là, nourrissons-là par la prière et la lecture priante de la Parole de Dieu, par un surcroit d’attention et de tendresse pour nos proches, et cette joie viendra dissiper nos peurs et nos angoisses.
Que la joie de Pâques vous garde dans l’espérance et la confiance.

JL Barrié