Archives de catégorie : vie de l’église

En cette période de confinement

Nous sommes maintenant bien confinés dans nos maisons. Personne ne doit mettre le nez dehors sans son attestation de déplacement sous peine d’amende.

Cependant le père Jean-Luc Barrié souhaite rester en contact avec ses paroissiens. Régulièrement vous pourrez lire sur cette page quelques réflexions écrites,  pour nous aider à passer cette période difficile pour tout le monde. Vous trouverez aussi les informations qui concernent l’ Église en général.

 

Dimanche 22 mars

Hier nous avons pu assister à la messe  du 4ème dimanche de Carême, célébrée à la chapelle de l’évêché de Rodez
par Mgr François Fonlupt et le père Daniel Boby, vicaire général

Une belle messe dans la sobriété mais très priante.

 3000 personnes  ont suivi cette messe.

Vendredi 20 mars

 

Frères et sœurs en Christ,
 
« Confinement ne rime pas avec isolement ! »
 
Par le biais des messages électroniques, des réseaux sociaux, des sites web des paroisses, congrégations, du diocèse, par la communion spirituelle, nous restons liés les uns aux autres.
 
Pour suivre la messe célébrée pour le diocèse par Mgr Fonlupt depuis la chapelle de l’évêché, rendez-vous sur www.rodez.catholique.fr
dimanche 22 mars à partir de 10h30.
 
Nous serons là pour vous, pour tous les chrétiens du diocèse, pour les soignants, et tous les aveyronnais !
 A dimanche !

Eglise Catholique en Aveyron

Jeudi 19 mars

 

Message des évêques de France

Cliquer sur l’image ci-dessous pour le lire

 

Camin’Olt

Vu le contexte actuel la distribution des Camin’Olt est différée pour un certain nombre de relais. Cependant vous pouvez le lire en cliquant sur le visuel ci-dessous en attendant de le recevoir dans vos boîte aux lettres.

Bonne lecture

 

Mercredi 18 mars : Corona virus, je te hais.

Corona virus, je te hais.
Je te hais
Pour ces personnes parties prématurément à cause de toi,
pour ceux qui pleurent un être cher,
pour les malades qui perdent espoir,
pour les soignants épuisés,
pour ceux qui se sentent abandonnés.
Je te hais pour les difficultés financières de beaucoup,
pour le chômage et la misère que tu provoques,
ceux qui se voient ruinés,
ceux dont tu as tué les rêves.
Corona virus, je te hais, oui,
et en même temps je te remercie.
Tu nous révèle combien notre prétention à tout maitriser
est vaine et ridicule.
Toi, le microscopique, tu mets à terre la finance toute puissante,
le système économique qui n’a d’autre règle que le toujours plus.
Tu bouscules sérieusement le mythe d’une mondialisation sans limites.
Tu nous apprends ou nous rappelles l’importance des liens familiaux,
de voisinage, de proximité qu’ils soient sociaux ou économiques.
Tu nous invites à prendre du temps avec ceux que nous aimons
en portant le souci des plus fragiles.
Tu nous provoques à la responsabilité et à la solidarité.
Tu nous rappelles combien est précieux notre système de santé et d’entraide.
Tu nous donnes de comprendre combien les enseignants
sont importants pour nos enfants et nos jeunes.
Tu nous invites à savoir signifier notre reconnaissance à tout le personnel soignant
qui fait preuve d’héroïsme dans cette crise sans précédent.
Et qui sait,
Peut-être, permettras-tu à certains, à beaucoup,
de puiser en Dieu la force de vivre,
le sens profond de toute existence,
et la tendresse de son amour dans les temps d’épreuve
comme dans la joie des bons moments.
Peut-être, qu’après t’avoir vaincu,
Nous pourrons reconstruire un monde plus beau,
plus solidaire, plus juste, plus sage, plus fraternel.
Si tu nous permets cela, alors je pourrais probablement cesser de te haïr.

Ces magnifiques photos qui témoignent de l’universalité de l’Église…

Pour la première fois depuis sa création, l’Aide à l’Église en détresse a organisé un concours photographique dédié aux « Témoins de l’Espérance ». Après cinq mois d’attente, les plus beaux clichés ont enfin été dévoilés et sont actuellement exposés aux Missions étrangères de Paris.

 

 

Observateur privilégié de l’admirable dévouement d’hommes et de femmes partout dans le monde, l’Aide à l’Église en détresse (AED) a souhaité saluer l’engagement de ces « témoins de l’Espérance » en organisant un concours photographique au mois de mai dernier. Après cinq mois de suspens, les plus beaux clichés ont enfin été dévoilés.

« À l’occasion du Mois missionnaire extraordinaire, cette exposition témoigne de l’universalité de l’Église et du rôle, trop souvent, méconnu, que celle-ci joue, à travers le monde, apportant réconfort et consolation aux affligés », explique le père Genouville, assistant ecclésiastique de l’AED. Sur 180 clichés reçus au total, 35 d’entre eux ont eu la chance d’être sélectionnés pour être affichés en grand format le temps d’une exposition qui aura lieu jusqu’au 23 novembre.

L’AED en a profité pour décerner trois prix exceptionnels : un « Prix du jury » décerné à Titouan Le Grix de la Salle pour son Portrait d’un vieil aleppin, le « Prix des MEP » décerné à Antoine Besson pour son cliché de Notre-Dame du Typhon sur la plage de Bantayan Island aux Philippines et le « Prix du public » décerné à Claire Riobé pour son portrait de Fatima et son petit-fils rencontrant les pèlerins chrétiens de passage au Monastère Mar Saba dans le désert de Judée en Cisjordanie.

Pour découvrir une sélection de ces photographies, cliquez sur le lien : https://fr.aleteia.org/2019/10/09/ces-magnifiques-photos-qui-temoignent-de-luniversalite-de-leglise/

Lourdes 2019

Encore cette année 1350 personnes venues des quatre coins de l’Aveyron se sont retrouvées à Lourdes pour prier Marie, et déposer à ses pieds toutes leurs joies et toutes leurs peines.

Chemin de croix dans la prairie
Chemin de croix dans la prairie

Lourdes c’étaient plus de 300 malades qui ont pu assister à  toutes les célébrations, messes, processions, sacrement des malades, chemin de croix…

 

Accueil des malades par les jeunes à l’arrivée

Lourdes a été une belle expérience avec les jeunes. 140 mineurs de 14 à 18 ans qui ont mis de la joie dans le cœur des malades par leur sourire,  leur écoute, et  leur disponibilité.

Lourdes  c’étaient aussi 700 hospitaliers qui ont œuvré dans l’année pour l’organisation du pélé, puis pour servir durant  le séjour au moment des repas, le matin et le soir dans les chambres, mais aussi la nuit quand tout le monde dormait. Des équipes veillaient pour répondre à toute demande des malades.

Cette année le thème du pèlerinage était  “heureux les pauvres”. Chacun avec ses pauvretés personnelles, physiques, intellectuelles… a vécu un pèlerinage qui a surement changé sa vision de la vie.

A l’année prochaine

Quelques photos souvenirs… en cliquant sur la flèche. Pour passer en grand écran, cliquer sur l’icône en bas à droite .