Tous les articles par Paroisse Saint Bernard d'Olt

Des jeunes à Taizé

Raphaëlle une jeune de la paroisse Saint Bernard d’Olt est partie  avec d’autres jeunes du diocèse à Taizé.   Aujourd’hui elle  témoigne de ce qu’elle a vécu .

Taizé  ? Comment dire…

On arrive dans un village (perdu)…

Plein de jeunes, plein de monde, de tous horizons. Et tout de suite, on est accueilli, reconnu, adopté, comme dans une grande famille où tout le monde semble se connaitre depuis longtemps. On s’accepte tel qu’on est, on peut échanger nos histoires de vie sans avoir peur du jugement de l’autre.

Le séjour est rythmé par des temps de prière,

de rencontre-partage,

des taches ménagères par tous et pour le confort de tous, tout ça dans la joie et la bonne humeur, tout au long de la semaine

Des temps de détente avec jeux et promenades permettent d’approfondir les relations nouvelles.

De tout cela nait un grand espoir, de sentir que nous ne sommes pas seuls dans notre foi.

Je conseille cette expérience magnifique à tous les jeunes en quête de fraternité.

J’y retournerai…

Raphaëlle PITON

Frère Roger fondateur de la communauté de Taizé  disait :
« Depuis ma jeunesse, je pense que jamais ne m’a quitté l’intuition qu’une vie de communauté pouvait être un signe que Dieu est amour, et amour seulement.
Peu à peu montait en moi la conviction qu’il était essentiel de créer une communauté avec des hommes décidés à donner toute leur vie, et qui cherchent à se comprendre et à se réconcilier toujours : une communauté où la bonté du cœur et la simplicité seraient au centre de tout. »

(Frère Roger, Dieu ne peut qu’aimer, p. 40)

L’ACE en Camargue

Mercredi 15 février le club de l’ACE d’Espalion accompagné par les responsables et par le Père Aurélien est parti  2 jours en Camargue.

Compte-rendu par les enfants:

En route pour Aigues-Mortes, en petite Camargue ! La pluie nous accompagne mais pas pour longtemps.

Première image  des flamands roses dans les étangs puis au loin la cité d’Aigues–Mortes, avec sa Tour  Constance. Nous entrons dans la ville par la Porte Saint Antoine et nous nous installons dans les  salles paroissiales. Nous y sommes accueillis par Laure la secrétaire paroissiale. Nous nous installons, mangeons notre pique nique, et nous voilà partis pour la visite guidée de la Tour  Constance, suivie de la marche sur les remparts. (1km6).

Notre guide Franck, nous parle de Louis IX, de sa grande piété, de ses soucis d’aider les autres, puis il nous parle des croisades et de sa mère Blanche de Castille qui gérait le royaume durant ses absences ; et aussi des prisonnières, et en particulier de Marie Durand qui fut prisonnière de la Tour, durant prés de 30 années, avec d’autres femmes, parce qu’elles étaient protestantes.

Lors de la marche sur les remparts, nous avons pu admirer le paysage, la vue sur les Salins du midi.

Ensuite pause goûter et revoilà la pluie,…entre deux gouttes, nous repartons dans la rue principale, et rentrons visiter l’église Notre Dame des Sablons.

Retour aux salles paroissiales. Dans la Chapelle du presbytère une célébration nous permet de vivre un beau moment de fraternité et d’échange.

L’équipe repas, nous a préparé des pâtes à la carbonara !

Après le repas, et vaisselle faite, nous avons fait des jeux pour la veillée, une scénette reprenant notre journée et des mimes, fou-rire garanti ! Sans oublier la distribution de bonbons…

L’heure d’aller au lit s’approche…

Jeudi matin tout le monde se lève, partage le petit déjeuner et un temps de prières. Nous voilà repartis en ville pour visiter les Chapelles des Pénitents Blancs et des Pénitents gris.

Ensuite nous allons découvrir la croix de mission semblable à celle qui se trouve à Lassouts.

Le Père  Aurélien nous  en donne une explication détaillée. On peut y découvrir le voile de Véronique, la tunique du Christ ainsi que les dés, le coq, les clous, les pinces, le calice, …

Un peu de temps pour faire quelques courses, et nous voilà en route pour le Grau du Roi. Superbe météo, qui nous a permis de pique- niquer dehors.

Nous avons pu longer la plage et aller visiter l’église Saint Pierre, Saint patron des pêcheurs, voir les phares, ramasser des coquillages sur la plage !

Après le goûter, retour aux voitures, et retour sur Espalion.

Ces deux journées ont été  une expérience, très enrichissante pour le club!

Au retour, un des enfants, a demandé : ” quand est ce que nous le referions”, la plus belle des récompenses pour les animateurs !

 

Les enfants : Maxence, Emmanuel, Andrea, Lise, Gabriel, Lucie, Camille, Laurie, Rémy.

Les animateurs : Antonina, Annick, Sabrina, Serge, Danielle et Père Aurélien.

 

 

 

 

 

Saint Bernard d’Olt : Vivre le Carême avec le CCFD

 

 

 

Comité
Contre la
Faim et pour le
Développement
vous propose
de réfléchir
au thème suivant

 

 En tant que citoyens responsables,
écoutons les cris du monde
pour les transformer en espérance

 

Écoutons et laissons raisonner en nous la clameur de la terre, le cri des hommes, la violence, les efforts de paix, ici et là-bas, au Proche Orient, en Syrie, en Irak, dans les villes du monde où des migrants sont contraints de fuir leur terre à la recherche d’un lieu de paix.

À Cracovie, lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le Pape François s’adressait aux jeunes : ” Dieu nous invite à être des acteurs politiques, des acteurs sociaux …… à le rencontre en celui qui a faim, qui a soif, qui est nu, dans le malade, le détenu, le réfugié …. “;

“Voulez-vous changer le monde ? ” Cette interpellation nous est adressée, à chacun, en ce temps de carême qui est un temps de vérité et de ressourcement de nos convictions.

Voulons-nous changer le monde ?
Et si nous le voulons, voulons nous changer notre vie ?

L’équipe locale du CCFD vous invite à réfléchir sur ce thème le :

– mercredi 1 mars après l’Eucharistie de la messe des Cendres. Cette réflexion sera suivie du partage d’une soupe solidaire.

– samedi 11 mars, film sur ” La guerre des graines” suivi d’un débat. Ce film montre l’emprise des grands semenciers mondiaux (4 à 5 multinationales seulement dont l’une installée en France) qui détiennent déjà la moitié du marché des graines hybrides (donc stériles après la récolte de la première année). La résistance des petits agriculteurs s’organise partout dans le monde pour lutter contre ces pratiques économiques. Comment agir à notre niveau ?

Blog du CCFD