Archives par mot-clé : JL Barrié

“la Jérusalem ouverte à tous les peuples”

En cette journée mondiale du migrant et du réfugié le pape François nous invite, je le cite, à « construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés » et dans cette dynamique de « reconnaitre et valoriser ce que chacun d’entre eux peut apporter au processus de construction. » « J’aime, nous dit-il, voir cette approche du phénomène de la migration dans la vision prophétique d’Isaïe, dans laquelle les étrangers n’apparaissent pas comme des envahisseurs et des destructeurs, mais comme des ouvriers volontaires qui reconstruisent les murs de la nouvelle Jérusalem, la Jérusalem ouverte à tous les peuples. » Continuer la lecture de “la Jérusalem ouverte à tous les peuples”

L’Église doit être le lieu où tout le monde peut se sentir accueilli.

Face aux pharisiens et aux scribes, des juifs pieux et bien pensant, qui lui reprochent de faire bon accueil aux pécheurs, Jésus raconte deux paraboles, deux histoires qui se concluent par « C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de conversion. » et «Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. » Continuer la lecture de L’Église doit être le lieu où tout le monde peut se sentir accueilli.

Préférer le Seigneur à ce qui nous est le plus cher.

« Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. »

Cette phrase qui conclut l’évangile de ce dimanche semble laisser entendre que ne peut-être disciple que celui qui fait vœux de pauvreté et qui renonce à fonder une famille. Il n’y aurait de salut que pour les religieuses, religieux et les prêtres ! C’est impensable et en contradiction avec une phrase précédente « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. » Continuer la lecture de Préférer le Seigneur à ce qui nous est le plus cher.

Pour qui la première place ?

Jésus nous donne une première parabole qui n’est pas une leçon de savoir vivre mais bien une image nous parlant du Royaume, de nous et de Dieu. « Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place.. »
Ces noces ne seraient-elles pas celles de l’Agneau dont nous parle St Jean dans son Apocalypse ?  Les noces de l’Agneau qui sont le Royaume de Dieu, la vie éternelle de gloire et de joie, de paix et d’amour promise par Jésus. L’éternité en Dieu, éternité d’absolu épanouissement de tout notre être. Dans la vie éternelle l’on ne choisi pas sa place, on la reçoit humblement de Dieu.
« Quiconque s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Continuer la lecture de Pour qui la première place ?

Passer par la porte étroite ….

Cet évangile a vraiment de quoi nous étonner, nous laisser perplexe. Au début Jésus nous dit : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. » et à la fin il nous dit que «l’on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu »
Ce qui laisse sous-entendre qu’il y aura du monde !
Il y aura du monde ou peu d’élus ? La réponse à priori n’est pas très claire.
Il faut dire que la question qui lui était posée : « n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? » peut être lue de deux façons. Elle peut révéler une inquiétude de ne pas faire soi-même partie du lot, mais elle peut signifier aussi vouloir être rassuré de bien être membre d’une petite élite de sauvés.
Les hommes et femmes à qui s’adresse Jésus ont conscience d’être le peuple élu, choisi par Dieu. Pour beaucoup en Israël, eux seuls sont sauvés parce qu’étant de ce peuple. Continuer la lecture de Passer par la porte étroite ….