Archives par mot-clé : commentaire d’évangile

“la Jérusalem ouverte à tous les peuples”

En cette journée mondiale du migrant et du réfugié le pape François nous invite, je le cite, à « construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés » et dans cette dynamique de « reconnaitre et valoriser ce que chacun d’entre eux peut apporter au processus de construction. » « J’aime, nous dit-il, voir cette approche du phénomène de la migration dans la vision prophétique d’Isaïe, dans laquelle les étrangers n’apparaissent pas comme des envahisseurs et des destructeurs, mais comme des ouvriers volontaires qui reconstruisent les murs de la nouvelle Jérusalem, la Jérusalem ouverte à tous les peuples. » Continuer la lecture de “la Jérusalem ouverte à tous les peuples”

Préférer le Seigneur à ce qui nous est le plus cher.

« Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. »

Cette phrase qui conclut l’évangile de ce dimanche semble laisser entendre que ne peut-être disciple que celui qui fait vœux de pauvreté et qui renonce à fonder une famille. Il n’y aurait de salut que pour les religieuses, religieux et les prêtres ! C’est impensable et en contradiction avec une phrase précédente « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. » Continuer la lecture de Préférer le Seigneur à ce qui nous est le plus cher.

Pour qui la première place ?

Jésus nous donne une première parabole qui n’est pas une leçon de savoir vivre mais bien une image nous parlant du Royaume, de nous et de Dieu. « Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place.. »
Ces noces ne seraient-elles pas celles de l’Agneau dont nous parle St Jean dans son Apocalypse ?  Les noces de l’Agneau qui sont le Royaume de Dieu, la vie éternelle de gloire et de joie, de paix et d’amour promise par Jésus. L’éternité en Dieu, éternité d’absolu épanouissement de tout notre être. Dans la vie éternelle l’on ne choisi pas sa place, on la reçoit humblement de Dieu.
« Quiconque s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Continuer la lecture de Pour qui la première place ?

Passer par la porte étroite ….

Cet évangile a vraiment de quoi nous étonner, nous laisser perplexe. Au début Jésus nous dit : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. » et à la fin il nous dit que «l’on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu »
Ce qui laisse sous-entendre qu’il y aura du monde !
Il y aura du monde ou peu d’élus ? La réponse à priori n’est pas très claire.
Il faut dire que la question qui lui était posée : « n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? » peut être lue de deux façons. Elle peut révéler une inquiétude de ne pas faire soi-même partie du lot, mais elle peut signifier aussi vouloir être rassuré de bien être membre d’une petite élite de sauvés.
Les hommes et femmes à qui s’adresse Jésus ont conscience d’être le peuple élu, choisi par Dieu. Pour beaucoup en Israël, eux seuls sont sauvés parce qu’étant de ce peuple. Continuer la lecture de Passer par la porte étroite ….

Marie nous montre le chemin de la vie éternelle

Nous fêtons aujourd’hui l’entrée de Marie dans la gloire de son Fils. Reine des cieux elle nous montre le chemin qui mène à la vie éternelle, à la vie de plénitude que Dieu veut donner à chacun de nous.
Marie est reine des cieux parce qu’elle a accepté de porter et de mettre au monde Jésus, Dieu fait homme, le Sauveur de l’humanité. Mais elle est reine des cieux peut-être surtout parce qu’elle a été le premier disciple de son Fils et ce même avant qu’il ne vienne au monde.
C’est ce que nous dit l’évangile de ce jour. Après l’annonce de l’ange elle va rendre visite à sa cousine Elisabeth. Et à cette occasion elle nous offre sa prière, le Magnificat, qui nous dit comment elle est déjà disciple de son Fils.
Le magnificat nous dit d’abord que Marie est à l’écoute de la Parole de Dieu qu’elle connait très bien puisque chaque phrase de sa prière est une citation de livres de l’Ancien Testament. Elle a une si grande connaissance de la Parole de Dieu que naturellement elle puise dans la bible les mots de sa prière. Elle est déjà à l’écoute de la Parole de Dieu et donc de son Fils qui est le Verbe fait chair, la Parole de Dieu fait homme.
Le Magnificat commence par une longue prière d’action de grâce, de merci et de louange pour ce que Dieu fait pour elle en la choisissant comme mère du Messie. « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! »
Puis elle nous offre sa profession de Foi. Profession de foi en un Dieu de miséricorde proche des petits et des pauvres. « Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. » Elle fait acte de foi dans ce que sera son fils tout au long de sa vie publique, lui qui guérira les malades, les infirmes, les aveugles, qui purifiera les lépreux, qui sauvera les pécheurs.
Lui qui s’entourera de femmes et d’hommes simples et pauvres, qui confira son Eglise aux apôtres qui l’on renié ou abandonné à l’heure de sa passion.
Marie ne se satisfait pas de chanter les louanges de Dieu et d’exprimer sa foi, elle vit cette miséricorde de Dieu, elle la met en acte dans ses propres gestes. Elle qui est enceinte fait un long voyage à pied pour venir seconder sa cousine Elisabeth qui vit une grossesse surement difficile et à risque vu son âge avancé. Marie fait acte de miséricorde. Elle se souci des autres, elle se met à leur service comme elle le fera trente ans plus tard lors des noces de Cana.
Marie nous montre le chemin de la vie éternelle. Elle nous invite à sa suite à nous mettre sérieusement à l’écoute de la Parole de Dieu, à la lire, à la méditer, à la prier, à la partager.
Elle nous invite à relire notre vie quotidienne pour y reconnaitre les traces de l’action de Dieu en nous et autour de nous pour lui en rendre grâce et le louer.
Elle nous invite à proclamer et à témoigner de notre foi en Dieu miséricordieux soucieux et proches des petits et des pauvres, des rejetés et des exclus…
Enfin elle nous montre le chemin pour faire nôtre cette miséricorde, pour la vivre chaque jour auprès de tous ceux que nous rencontrons et plus particulièrement pour ceux qui en ont le plus de besoin.
Marie, Mère de Dieu, Reine des cieux, apprends nous à écouter la Parole de Dieu, à lui rendre grâce et à le louer, à témoigner par nos paroles et surtout par nos actes de notre foi en la toute puissante miséricorde du Père révélé en Jésus Christ ton Fils. Marie, merci de nous accueillir un jour en la vie de gloire, de joie et de paix infinie dont tu es la Reine. Amen